Les stèles historiques de l’église Saint-Etienne de Cernay

1389
Stèle qui pourrait provenir du mausolée d’Ulman de Ferrette grand bailli d’Alsace à partir de 1342. Il est décédé en 1389
Stèle édifiée dans la chapelle des trois Rois à côté de l’église de Cernay.
On est à l’époque ou le comté de Ferrette passe à la dynastie des Habsbourg par le mariage de Jeanne de Ferrette en 1324 avec Albert d’Autriche.
Ulrich IV dit Ulman est chevalier de Ferrette, descendant d’une famille vassale des comtes de Ferrette (ne pas confondre comtes et chevaliers).

1545
Armoiries de Valentin de Ferrette et Marguerite de Vay 
Ces armoiries étaient initialement placées sur l’hôtel du couple.
Valentin de Ferrette fut bailli de Cernay. Il est un descendant des chevaliers de Ferrette.
Il disposait notamment de la prébende de la chapelle des Ferrette qu’il assigna en 1539 à J. Gylet de Besançon.

1556
Stèle de Guillaume de Ferrette décédé en 1556.
Als man zalt MDLVI den anderen Juli starb der edel und fest Juncker Wilhelm von Pfirt dem Gott Genad.
« En l’an 1556, le 2 juillet, est décédé le noble et vaillant écuyer Guillaume de Ferrette. Que Dieu lui soit miséricordieux. »
Les armoiries :
Ferrette (Pfirt)
Uttenheim
Wetzel de Marsilie
Schoenau
Marshalck de Bâle
Seengen
Zorn de Bulach
Mullenheim

Vers 1589
Stèle de Mangold de Ferrette + entre 1589 et 1596 (il était l’époux de l’arrière-petite-fille de Rodolphe de Wattwiller donateur de l’enfeu de la Résurrection à Wattwiller)
On voit les 16 quartiers de noblesse sur la stèle.
Ligne paternelle à gauche Ferrette (Pfirt)- Uttenheim Wetzel de Marsilie- Schoenau Marshalck de Bâle-Seengen Zorn de Bulach-Mullenheim
Ligne maternelle à droite Reichenstein-Wattwiller Wittenheim-Weitigen Schenk von Ehnheim – Hallwyl Haus-Klingenberg

1714
Stèle funéraire de Jean Etienne Lysch
La stèle partiellement mutilée, représente un religieux revêtu de la dalmatique (habit du diacre) et lisant un livre. La pierre est entourée d’une épitaphe : HIC IACET SEPULTUS REVD IOAN STEPHANUS LYSCH DIACON RIP OBIIT 19 DIE IANUARII ANNO 1714
« Ci gît inhumé le révérend Jean Etienne Lysch diacre. Qu’il repose en paix. Il est décédé le 19 janvier 1714 » Remarquer la croix sur le pan de son étole : elle est le symbole du diacre. La couronne stylisée, surdimensionnée rappelle que le nom de saint Etienne, qui fut le premier diacre, signifiait « le couronné ».

1770
Stèle funéraire de Georges Aberlein  L’épitaphe du médaillon porte l’inscription : HIC SEPVLTVS IACET RTY” DNY” GEORGIVS.ABERLEIN.VENERABILIS” CAPITVLI CITRA”COLLES”(*) SECRETARIVS ET 32 ANNIS CVITATIS” PAROCHVS” VIR ZELO VERE PLENVS PIETATE AC DOCTRINA IN INSIGNIS VIR DVM VIVERET OMNIVM AMARE DIGNVS DVM MORITVR” TOTIVS CIVITATIS LACRYMIS PAENTATA. OBIT AET. 67 DIE 31 IVLI 1770 RIP. « Ci-gît inhumé le très révérend père Georges Aberlein. Secrétaire du vénérable chapitre du pied des collines et curé de la cité pendant 32 ans, homme au zèle avéré, plein de piété et d’une doctrine remarquable. De son vivant, il jugeait bon d’aimer chacun. Au moment de sa mort, toute la cité était gagnée par les pleurs (lacrimis petenta). Il s’est endormi, âgé de 67ans, le 31 juillet 1770. Qu’il repose en paix. » (*) la paroisse de Cernay faisait autrefois partie du décannat de citra colles Ottonis (ou citra Ottensbühel : au pied des collines d’Otton), un des onze doyennés de l’évêché de Bâle ; (Ottenhoffen était un village autrefois situé entre Cernay et Steinbach (sur les collines))

1811
Stèle funéraire de François – Joseph Witz +1811 L’épitaphe du médaillon porte l’inscription : HIC JACET R.D. FRANCISCUS JOSEPHUS WITZ PAROCHUS ET RECTOR IN HOMBURG URBEM PATRIAM REDIENS PER XI ANNOS SACRA HIC FACIENS OBIIT DIE XXVII JANUARII MDCCCXI AETATIS SUAE 67 ANNORUM. RIP Ci gît le révérend François Joseph Witz curé et recteur à Hombourg. Il a rejoint la cité du Père après avoir officié ici pendant 11 années. Il est décédé le 27 janvier 1811, alors qu’il était âgé de 67 ans. Qu’il repose en paix. Dans la partie inférieure est représentée une pierre tombale (un crâne au bas) surmontée d’un calice avec une hostie rayonnante symbolisant l’eucharistie. L’étole du défunt enveloppe le pied du calice, reliant à gauche un vase avec son goupillon et à droite un chandelier avec cierge brisé.