Eglise Saint-Jean-Baptiste de Wattwiller : le retable

Intérieur de l’église de Wattwiller : RETABLE NEOGOTHIQUE

Eclairé par trois hautes fenêtres gothiques, un retable en bois polychrome orne le maître-autel.
Commandé aux ateliers d’art religieux Théophile Klem de Colmar, au tournant du 20e siècle, il fut acquis par souscription.
Le retable se lit de droite à gauche, comme les livres orientaux.

En position fermée, il évoque la nourriture spirituelle :

Le premier panneau présente le peuple hébreu recevant la manne céleste
Le deuxième panneau présente la Sante Cène avec l’institution de l’Eucharistie



En position ouverte, il raconte la vie de saint Jean Baptiste en quatre tableaux :

Le premier panneau relate la circoncision de Jean au temple et Zacharie, qui est muet, inscrit son nom sur une tablette : “Joannes est nomen ejus”

Le deuxième panneau relate la prédication de Jean dans le désert : “Préparez les chemins du Seigneur” (“Parate viam Domini”)

Le troisième panneau relate la rencontre de Jean et de Jésus au Jourdain : “Voici l’Agneau de Dieu” (“Ecce Agnus Dei”)

Le quatrième panneau relate le martyre de Jean dans la prison d’Hérode à cause d’une promesse inconsidérée de ce dernier à sa fille. On lui coupa la tête. (“Decollavit Joannem”) (*2)

On remarquera que la composition du retable souligne la position centrale de la Nouvelle Alliance qui s’est manifestée par la naissance du Christ et sa mort sur la Croix. En effet, le Christ en Croix au-dessus du tabernacle marque la césure entre les panneaux de droite retraçant des scènes de l’Ancien Testament et les panneaux de gauche qui retracent des scènes du Nouveau Testament.

Le retable réalise ainsi une synthèse remarquable avec cette symétrie iconographique qui conclut sur la décollation de saint Jean Baptiste.
Car, en effet la dédicace complète de l’église de Wattwiller est “église de la décollation de saint Jean Baptiste”.

(*1) source : Eglise de Wattwiller – Guide de visite – François Ebner – Septembre 2007
(*2) source : L’église de Wattwiller – Guide de visite en français & allemand – Fernand Luttenbacher – Août 2008