Les vitraux de l’église Saint-Etienne

Les vitraux de l’église Saint-Etienne présentent une iconographie très cohérente.
Ils sont constitués de quatre ensembles distincts :
– les vitraux du chœur qui représentent les patrons de l’église et de la ville de Cernay et les piliers de la foi de l’Eglise
– les vitraux du transept qui décrivent la vie de Marie et la vie de Jésus
– les vitraux des bas-côtés dédiés aux saints les plus vénérés et présentant aussi le départ et le retour des habitants de Cernay lors de la guerre de 1914-1918.
– les vitraux en médaillon de la nef qui font référence à l’Ancien Testament.

Les vitraux ont été offerts par des familles de la ville à hauteur de 3500 à 5500 francs de l’époque (de 6 à 8 fois le salaire mensuel d’un manœuvre)
Les vitraux ont été fournis par l’atelier des frères Ott de Strasbourg en 1926, complétés en 1950 par les médaillons de la nef.

Vitraux du chœur : Les patrons de l’église, de la ville, et les piliers de la foi de l’Eglise

saint Pierre
saint Abdon
saint Etienne

saint Sennen
saint Paul
saint Jules

saint Arbogast

Vitraux du transept droit : la vie de Jésus

Jésus et Marguerite Marie Alacoque
Jésus et les Docteurs de la Loi
Ascension de Jésus
Jésus soignant les malades
les délices des palmiers

Vitraux du transept gauche : la vie de Marie

l’Agnus Dei
la Visitation
le couronnement de Marie
la présentation de Marie au temple

Vitraux du bas-côté droit

Jésus et les enfants
Saint André
Saint Camille
Saint Charles Borromée
Saint Florent
Départ des habitants

Vitraux du bas-côté gauche

Le retour des habitants de Cernay
Sainte Elisabeth de Hongrie
Sainte Odile
Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus
Saint Louis
Sainte Agnès

Médaillons de la nef côté droit :

les trompettes de Jéricho
l’arche de Noé
la tentation au Paradis
la Sainte Trinité
le sacrifice d’Abraham
la Ménorah

Médaillons de la nef côté gauche :

Vers la Terre Promise
Les Tables de la Loi

La première Alliance
L’Arche d’Alliance

Le buisson ardent
Le Cep de vigne

La grande rosace

La grande rosace mesure 5 mètres de diamètre. Elle est malheureusement occultée en partie par l’orgue.